A propos de OTC       Nous soutenir
                             
  Enseignements   Témoignages   Ministères   Actualités   Musique   Orateurs   OTC - TV
     
 
Témoignage

ATTEINTE DE 17 MALADIES MA VIE S’EST ARRETEE IL Y A 10 ANS, MAIS AUJOURDHUI C’EST UN NOUVEAU DEPART POUR MOI : 1ère partie

 


ATTEINTE DE 17 MALADIES MA VIE S’EST ARRETEE IL Y A 10 ANS, MAIS AUJOURDHUI C’EST UN NOUVEAU DEPART POUR MOI 


Mon état avant la délivrance


- J’avais 17 maladies dont des maladies orphelines.
- Tout mon corps était touché, même les organes vitaux.
- J’ai subi de multiples opérations et j’étais hospitalisée régulièrement.
- Mon traitement - J’étais sous morphine médical était de 60 comprimés par jour quand tout allait bien et bien plus en réalité car j’avais toujours une infection ou autre maladie qui faisait que j’avais des médicaments supplémentaires, qui pouvaient atteindre 70 à 80 cachets par jour.
24h/24h (120 mg/jour + libération immédiate toutes les 2h) + opium (8mg/jour).
- J’avais pris plus de alimentaires.
- J’étais en fauteuil roulant 50 kg en quelques mois à cause d'une tumeur à l’hypophyse !
- J’avais de multiples allergies et je ne marchais presque plus (à une période, je ne pouvais presque plus tenir ma tête et je ne supportais plus d’être assise sur une chaise car cela me faisait horriblement souffrir).
- Je passais mes journées dans les salles d’attentes, à l’hôpital, chez le médecin, chez le kiné ou couchée chez moi…. (Cela fait quatorze ans maintenant que je vais chez le kiné cinq fois par semaine, sans interruption).
- J’avais des attelles aux bras et aux jambes car j’avais des tendinites, et surtout des fractures multiples, fractures spontanées alors même que je ne faisais rien.
- Par période, je portais un masque de chirurgien pendant des mois pour me protéger, car j’attrapais toutes les maladies qui passaient et j’étais continuellement sous antibiotiques. Alors il était nécessaire de me protéger car mon système immunitaire était trop faible. J’étais tout le temps frigorifiée.
- Si jamais quelqu’un me touchait ou m’embrassait trop fort, je souffrais de douleurs aigües, car je ne fabriquais plus les hormones qui empêchent d’avoir mal. Les kinés ne me touchaient même plus car je criais de douleur et mes os se fracturaient quand ils me touchaient. J’ai failli mourir à plusieurs reprises. Les médecins étaient déjà surpris de voir que je n’étais pas encore morte


 Mon arrivée à l’église


- Quand je suis arrivée à l’église, mes problèmes de santé se sont aggravés brusquement et, en quelques mois, mon corps tout entier était touché. J’ai commencé à prendre des béquilles, à utiliser un fauteuil roulant et à être opérée sur des organes autres que mes ovaires. Je me régulièrement et je perdais sans arrêt connaissance (presque à chaque culte). 


- Mon église priait pour moi pendant toutes ces années mais les résultats n’étaient pas là et nous perdions tous l’espoir de me voir rétablie.


- Il est vrai que j’étais vraiment « sur le fil du rasoir » entre la vie et la mort et je me suis sentie partir de nombreuses fois mais au dernier moment, quelque chose se passait et je restais en vie. Je dois aussi vous avouer que la souffrance physique était tellement horrible que je désirais vraiment mourir. Je ne voulais pas me suicider car je savais que cela était un péché devant Dieu, mais je suppliais Dieu chaque jour de venir me reprendre. Pour moi, cela aurait été une vraie délivrance car, auprès de Dieu, il n’y aurait plus eu de maladie ni de douleurs !!! Cela faisait des années que je ne savais plus ce que voulait dire ne pas souffrir ne serait-ce qu’une seule minute par jour. Alors c’est vrai que d’un côté, je continuais à croire et à prier pour ma guérison mais les années passaient et rien ne bougeait, alors je ne voyais aucun avenir possible pour moi. Je demandais à Dieu d’abréger mes souffrances en me laissant venir à Lui ou en intervenant.


Certains médecins posaient eux-mêmes des paroles de malédictions et de mort sur ma vie.  Paradoxalement, je me battais quand même autant que je pouvais et je répétais au corps médical que je gardais le sourire car j’avais l’espoir et la foi que Dieu allait me guérir. Je ne savais pas quand, mais au fond de moi, j’ai toujours su et cru que cela arriverait mais que tout dépendait de Dieu.


 Ma délivrance et guérison


- Le temps passait et mon état de santé se dégradait fortement. Je commençais à m’interroger sérieusement, car j’avais remarqué que, dans les temps où mon église priait pour moi, mon état ne s’améliorait pas mais empirait !


Je me rappelle notamment ce mardi où j’ai envoyé un message à mon pasteur, car j’étais aux urgences de l’hôpital pour une grippe H1N1 et avec des crises d’asthme aigües. Ce soir-là, il y avait la réunion de prière et au même moment où les frères et sœurs de l’église ont prié pour moi, j’ai fait une crise bien plus grave que les autres et mon cœur s’est presque arrêté de battre. Les médecins et les infirmières, impuissants à améliorer mon état, essayaient de me piquer pour pouvoir m’injecter des traitements par perfusion mais impossible d’y arriver. Mon cœur ne battait plus qu’à 30 pulsations par minute et ralentissait encore, j’étouffais totalement et je suis passée encore bien près de la mort.


Bref, je vous passe le reste des détails de cet épisode mais tout cela a commencé à m’interpeller sérieusement.


Pourquoi mon état empirait-il en réponse des prières des frères et sœurs en Christ ? Il y avait un problème ! Mais lequel ? Et comment le savoir ?


 - À cette époque, je passais des nuits terribles car j’étais tellement frigorifiée que même avec un gros pyjama, une robe de chambre en polaire, trois paires de chaussettes et mes quatre couettes, je ne pouvais pas dormir. Le froid venait de l’intérieur de moi et me brûlait. De plus, j’avais terriblement peur et je faisais des cauchemars; alors je n’osais plus sortir de ma chambre. Une nuit, alors que j’étais à bout, j’ai crié à Dieu pour qu’il me vienne en aide et je l’ai supplié de me dire ce qui se passait car j’avais bien compris que tout cela ne venait pas de Lui et je ne pouvais plus continuer ainsi.


Il m’est alors venu en tête la chanson « des démons de minuit ». Sur le coup, je n’ai pas compris et j’essayais de chasser cette chanson de ma tête mais elle me revenait en boucle et cela ne s’arrêtait plus. Au bout d’un moment, je me suis interrogée : peut-être était-ce la réponse de Dieu à ma question ?


 


Les démons ? Mais cela existe ?


À cette époque j’étais bien loin de connaître tout le monde spirituel non divin et démoniaque, car j'étais dans une église qui rejetait la délivrance, et donc n'en parlait jamais !Les questions en moi se bousculaient : Comment est-ce possible, alors que j’ai donné mon cœur à Jésus, que je suis « chrétienne » et que j’ai été baptisée ?!!! Je menais pourtant une vie droite !


Comme beaucoup de personnes de mon église, malheureusement, je pensais que du fait de mon baptême par immersion, toute action de l’ennemi ne pouvait plus avoir aucun retentissement sur ma vie. Mais c'est FAUX ! Tant qu’une personne n’est pas délivrée, l’œuvre ténébreuse est toujours active !


- Le lendemain matin, j’ai contacté mon pasteur pour lui expliquer les évènements de la nuit et il m’a alors confirmé que tout cela existait, et a fini par me dire qu'il y avait dans l'église des personnes qui s’occupaient de délivrance (chez eux !) et qu’il allait les contacter à mon sujet.


- Ma première délivrance a eu lieu pendant le séminaire Jeûne et Prière 2010 alors que j’étais à l’article de la mort. Suite à ces moments, les premiers effets sur ma santé se sont fait jour et quelques minutes plus tard j’étais baptisée du Saint-Esprit et parlais en langues ! Quelques mois ont passé et ma situation stagnait alors j’ai prié et sur une confirmation de Dieu, j’ai compris que le travail n’était pas terminé et qu’il était temps pour moi d’aller jusqu’au bout.


- Fin septembre 2010, j’ai donc recontacté ce couple, Irène et Philippe, en leur expliquant que je pensais avoir encore besoin de délivrances.


- Ensemble, nous avons pris du temps devant Dieu et commencé à faire le nécessaire. Cela a été compliqué car je ne pouvais pas tenir longtemps. C’était trop éprouvant pour moi physiquement et j’étais trop fatiguée et malade, alors on avançait à pas de fourmis. De plus, j’étais très attaquée et, à chaque fois, des douleurs aigües et beaucoup de fièvre ralentissaient le travail. Il nous a également fallu du temps de récupération entre chaque rencontre car j’étais trop épuisée.


 


 


 

 Date d'ajout : 26/09/2017 | Auteur :Abigael Lu 343 fois


 
LE PAIN QUOTIDIEN

Vous me chercherez, et vous me trouverez, si vous me cherchez de tout votre coeur

Jeremie 29:13

BIBLE ONLINE
Venez lire et meditez la bible
Ecouter la bible en audio
 
 
     
Spiritualité   Ressources   OTC-Multimédia
         
- Bible en ligne
- Bible en audio
- Pain de vie
- Enseignements textes
- Enseignements audios
- Enseignements Vidéos
-Témoignages
  - Ministères
- Orateurs
- Chantres
- Musique
- Clip vidéo
  - Web radio OTC
- TV online
- En toute verité
- Transfomation
- Louange
- Et si on en parlait
- Les directs OTC
         
Ouvretonciel.com
Abidjan : Yopougon Face au CHU - Immeuble Baraka - Porte A3
Tel : (225) 23 45 75 35 - 07 84 55 94 - 48 73 43 95
 
NOS PARTENAIRES