A propos de OTC       Nous soutenir
                             
  Enseignements   Témoignages   Ministères   Actualités   Musique   Orateurs   OTC - TV
     
 
Les Détails sur l'enseignement
  Télécharger ce message  Version imprimable  Recommander ce message

Le Père spirituel : pourquoi, Comment me comporter envers lui...Peut-on changer de père spirituel ?

de Enseignant))



Pour avoir un père spirituel, il faut, en général, le vouloir, car ce n’est pas toujours auprès du prêtre le plus proche qu’on trouvera le soutien spirituel nécessaire. Il faut être prêt à consacrer régulièrement un temps de rencontre, faire des kilomètres, se forcer quand on n’éprouve pas l’envie d’aller le trouver. Mais le jeu en vaut la chandelle !



Pourquoi un guide spirituel ? Ne puis-je pas me débrouiller toute seule ?

L’accompagnement spirituel n’est pas un instrument indispensable en soi pour atteindre la sainteté, mais elle en est tout de même un moyen normal et une aide précieuse. Toutes les personnes qui cherchent sérieusement à imiter le Christ passent par là. Dieu est là, réellement présent dans notre vie, mais Il l’est de façon cachée et ce n’est pas toujours facile de Le reconnaître ; c’est pourquoi nous avons besoin d’une personne qui nous aide à Le voir. Nous ne sommes pas non plus infaillibles dans notre discernement entre le bien et le mal, et nous pouvons être dans l’illusion et aller droit au précipice en pensant que c’est la bonne voie !



Mais n’y a-t-il pas risque d’aliénation ? Ne vais-je pas perdre ma liberté ?

Attention : l’accompagnement spirituel n’est pas une fin en soi ; le père spirituel ne prend pas de décision à notre place ; au contraire, il forme à la liberté, à prendre librement et de façon éclairée les bonnes décisions. On ne se livre pas à lui, pieds et poings liés, comme si on renonçait à prendre nos responsabilités. Si on est en désaccord avec lui sur une question, il faut faire ensemble la lumière sur le problème car la lumière chasse les ténèbres, et on découvre si nos motivations sont fondées, si elles ne correspondent pas à un caprice, à un attachement déréglé de notre part. Le principal, c’est d’être franc avec lui afin de l’être avec soi-même.



Mais je me confesse déjà, cela ne suffit-il pas ?

Eh bien, félicitations, c’est un cadeau magnifique dont on peut rendre grâce au Seigneur !

Mais attention ! On confond souvent confession et accompagnement spirituel: ce sont pourtant deux choses distinctes. La confession est un sacrement, un acte du Christ. Quand on va se confesser, c’est au Christ qu’on le fait et c’est Lui qui nous pardonne par l’intermédiaire du prêtre. Peu importe la personnalité du prêtre qui entend notre confession. Par contre, l’accompagnement spirituel est une rencontre fraternelle où, sous le regard du Seigneur, on demande de l’aide pour mieux discerner la volonté de Dieu sur soi et comment agir concrètement en conséquence. Bien sûr, il y aura des questions qui se recouperont, c’est pourquoi, il est plus facile quand son confesseur est en même temps son père spi.



Comment procéder pour choisir un père spirituel ?

On connaît peut-être quelques prêtres mais pas assez pour en choisir un en toute connaissance de cause. Le mieux est alors d’aller se confesser auprès d’eux ; en général, le prêtre nous fait une petite exhortation après la confession ; si on se sent en confiance, on peut rebondir et exposer un de ses problèmes ; ainsi, peu à peu, la prise de contact se fait et on apprend à le connaître. Si, pour des raisons fondées, on voit que ce n’est pas la personne qui convient, on peut s’adresser à quelqu’un d’autre ; il ne s’en vexera pas pour autant. Le principal est que d’agir avec une grande liberté et une maturité dans ses réflexions.

Si le courant passe bien, après plusieurs confessions, on peut lui demander de nous accompagner spirituellement.



Peut-on changer de père spirituel ?

Bien sûr, on n’est pas mariée avec lui ! Ici encore, il faut que les motivations soient bien claires : si, par exemple, si nous estimons que son accompagnement ne nous aide plus suffisamment à atteindre la sainteté, ou que, malgré nos efforts, nous n’arrivons pas à avoir la confiance indispensable. Mais si c’est simplement parce qu’il a été un peu dur et exigeant avec nous un jour, ou qu’il a manqué d’attention, dans ce cas, il faut se demander si on n’a pas à avancer sur le chemin de l’humilité, si nécessaire dans l’accompagnement. D’autres fausses raisons seraient l’inconstance, la curiosité d’aller voir ailleurs, l’orgueil…



Quelles sont les qualités importantes à reconnaître dans un père spirituel ?

Pour cela, il faut faire jouer son bon sens et son sens surnaturel : d’abord, choisir quelqu’un en qui on a une totale confiance ; ensuite, qu’il ait le sens de l’écoute, sinon on aura toujours peur de le déranger avec nos problèmes. On appréciera aussi chez lui le bon sens et l’expérience personnelle, quelqu’un qui respecte ta liberté tout en étant clair sur les exigences à suivre Jésus. Enfin, un homme de prière et qui soit fidèle à l’enseignement de l’Eglise.



Comment me comporter envers lui ?

Simplement ! Dire clairement nos problèmes, sans tourner autour du pot (même si cela demande du courage), il nous orientera d’autant plus facilement ; aller donc droit au but. Ne pas oublier pas le but : savoir comment mieux aimer Jésus effectivement et non pas devenir nombriliste ; le père spi réconfortera dans les moments plus difficiles, mais c’est pour mieux t’ouvrir à Dieu et aux autres. Enfin, ne pas oublier que c’est un père, qui exprime pour nous toute la miséricorde du Cœur de Jésus, et ce n’est pas un copain : la relation est différente.



De quoi vais-je lui parler ?

Des combats spirituels que l’on mène, des obstacles que l’on rencontre, des blessures (anciennes ou récentes) que l’on porte en son cœur. Alors que dans la confession, on se borne à accuser nos fautes, ici on va remonter à leurs causes, à nos inclinations profondes, à notre tempérament, aux vertus à acquérir. On y parlera de notre vie de prière, de la réception des sacrements, des décisions à prendre, etc. Pour plus d’efficacité, il est préférable d’avoir préparé ton entretien à l’avance.



Dois-je le voir souvent ?

Cela dépend des besoins de l’âme, des moments plus ou moins difficiles que tu traverses. Il n’y a pas de rythme déterminé. Ne pas attendre que ce soit la catastrophe spirituelle pour aller le trouver ; d’autre part, plus on espace, moins on est lucide sur son âme. On dira qu’une rencontre mensuelle semble une bonne fréquence.

deogratias

Enseignant 1189 mots - lu 2717 fois - ajouté le 13/04/15 Télécharger ce message Version imprimable Recommander ce message
Message précédent | Message suivant
 
 
Enseignements Textes du même auteur
 
 
Enseignements Audios du même auteur
 
 
Enseignements Vidéos du même auteur
 
LE PAIN QUOTIDIEN

Vous me chercherez, et vous me trouverez, si vous me cherchez de tout votre coeur

Jeremie 29:13

BIBLE ONLINE
Venez lire et meditez la bible
Ecouter la bible en audio
 
 
     
Spiritualité   Ressources   OTC-Multimédia
         
- Bible en ligne
- Bible en audio
- Pain de vie
- Enseignements textes
- Enseignements audios
- Enseignements Vidéos
-Témoignages
  - Ministères
- Orateurs
- Chantres
- Musique
- Clip vidéo
  - Web radio OTC
- TV online
- En toute verité
- Transfomation
- Louange
- Et si on en parlait
- Les directs OTC
         
Ouvretonciel.com
Abidjan : Yopougon Face au CHU - Immeuble Baraka - Porte A3
Tel : (225) 23 45 75 35 - 07 84 55 94 - 48 73 43 95
 
NOS PARTENAIRES