A propos de OTC       Nous soutenir
                             
  Enseignements   Témoignages   Ministères   Actualités   Musique   Orateurs   OTC - TV
     
Job

Job


Job 1

1.1 Il y avait dans le pays d'Uts un homme qui s'appelait Job. Et cet homme était intègre et droit; il craignait Dieu, et se détournait du mal.
1.2 Il lui naquit sept fils et trois filles.
1.3 Il possédait sept mille brebis, trois mille chameaux, cinq cents paires de boeufs, cinq cents ânesses, et un très grand nombre de serviteurs. Et cet homme était le plus considérable de tous les fils de l'Orient.
1.4 Ses fils allaient les uns chez les autres et donnaient tour à tour un festin, et ils invitaient leurs trois soeurs à manger et à boire avec eux.
1.5 Et quand les jours de festin étaient passés, Job appelait et sanctifiait ses fils, puis il se levait de bon matin et offrait pour chacun d'eux un holocauste; car Job disait: Peut-être mes fils ont-ils péché et ont-ils offensé Dieu dans leur coeur. C'est ainsi que Job avait coutume d'agir.
1.6 Or, les fils de Dieu vinrent un jour se présenter devant l'Éternel, et Satan vint aussi au milieu d'eux.
1.7 L'Éternel dit à Satan: D'où viens-tu? Et Satan répondit à l'Éternel: De parcourir la terre et de m'y promener.
1.8 L'Éternel dit à Satan: As-tu remarqué mon serviteur Job? Il n'y a personne comme lui sur la terre; c'est un homme intègre et droit, craignant Dieu, et se détournant du mal.
1.9 Et Satan répondit à l'Éternel: Est-ce d'une manière désintéressée que Job craint Dieu?
1.10 Ne l'as-tu pas protégé, lui, sa maison, et tout ce qui est à lui? Tu as béni l'oeuvre de ses mains, et ses troupeaux couvrent le pays.
1.11 Mais étends ta main, touche à tout ce qui lui appartient, et je suis sûr qu'il te maudit en face.
1.12 L'Éternel dit à Satan: Voici, tout ce qui lui appartient, je te le livre; seulement, ne porte pas la main sur lui. Et Satan se retira de devant la face de l'Éternel.
1.13 Un jour que les fils et les filles de Job mangeaient et buvaient du vin dans la maison de leur frère aîné,
1.14 il arriva auprès de Job un messager qui dit: Les boeufs labouraient et les ânesses paissaient à côté d'eux;
1.15 des Sabéens se sont jetés dessus, les ont enlevés, et ont passé les serviteurs au fil de l'épée. Et je me suis échappé moi seul, pour t'en apporter la nouvelle.
1.16 Il parlait encore, lorsqu'un autre vint et dit: Le feu de Dieu est tombé du ciel, a embrasé les brebis et les serviteurs, et les a consumés. Et je me suis échappé moi seul, pour t'en apporter la nouvelle.
1.17 Il parlait encore, lorsqu'un autre vint et dit: Des Chaldéens, formés en trois bandes, se sont jetés sur les chameaux, les ont enlevés, et ont passé les serviteurs au fil de l'épée. Et je me suis échappé moi seul, pour t'en apporter la nouvelle.
1.18 Il parlait encore, lorsqu'un autre vint et dit: Tes fils et tes filles mangeaient et buvaient du vin dans la maison de leur frère aîné;
1.19 et voici, un grand vent est venu de l'autre côté du désert, et a frappé contre les quatre coins de la maison; elle s'est écroulée sur les jeunes gens, et ils sont morts. Et je me suis échappé moi seul, pour t'en apporter la nouvelle.
1.20 Alors Job se leva, déchira son manteau, et se rasa la tête; puis, se jetant par terre, il se prosterna,
1.21 et dit: Je suis sorti nu du sein de ma mère, et nu je retournerai dans le sein de la terre. L'Éternel a donné, et l'Éternel a ôté; que le nom de l'Éternel soit béni!
1.22 En tout cela, Job ne pécha point et n'attribua rien d'injuste à Dieu.

Job 2

2.1 Or, les fils de Dieu vinrent un jour se présenter devant l'Éternel, et Satan vint aussi au milieu d'eux se présenter devant l'Éternel.
2.2 L'Éternel dit à Satan: D'où viens-tu? Et Satan répondit à l'Éternel: De parcourir la terre et de m'y promener.
2.3 L'Éternel dit à Satan: As-tu remarqué mon serviteur Job? Il n'y a personne comme lui sur la terre; c'est un homme intègre et droit, craignant Dieu, et se détournant du mal. Il demeure ferme dans son intégrité, et tu m'excites à le perdre sans motif.
2.4 Et Satan répondit à l'Éternel: Peau pour peau! tout ce que possède un homme, il le donne pour sa vie.
2.5 Mais étends ta main, touche à ses os et à sa chair, et je suis sûr qu'il te maudit en face.
2.6 L'Éternel dit à Satan: Voici, je te le livre: seulement, épargne sa vie.
2.7 Et Satan se retira de devant la face de l'Éternel. Puis il frappa Job d'un ulcère malin, depuis la plante du pied jusqu'au sommet de la tête.
2.8 Et Job prit un tesson pour se gratter et s'assit sur la cendre.
2.9 Sa femme lui dit: Tu demeures ferme dans ton intégrité! Maudis Dieu, et meurs!
2.10 Mais Job lui répondit: Tu parles comme une femme insensée. Quoi! nous recevons de Dieu le bien, et nous ne recevrions pas aussi le mal! En tout cela Job ne pécha point par ses lèvres.
2.11 Trois amis de Job, Éliphaz de Théman, Bildad de Schuach, et Tsophar de Naama, apprirent tous les malheurs qui lui étaient arrivés. Ils se concertèrent et partirent de chez eux pour aller le plaindre et le consoler!
2.12 Ayant de loin porté les regards sur lui, ils ne le reconnurent pas, et ils élevèrent la voix et pleurèrent. Ils déchirèrent leurs manteaux, et ils jetèrent de la poussière en l'air au-dessus de leur tête.
2.13 Et ils se tinrent assis à terre auprès de lui sept jours et sept nuits, sans lui dire une parole, car ils voyaient combien sa douleur était grande.

Job 3

3.1 Après cela, Job ouvrit la bouche et maudit le jour de sa naissance.
3.2 Il prit la parole et dit:
3.3 Périsse le jour où je suis né, Et la nuit qui dit: Un enfant mâle est conçu!
3.4 Ce jour! qu'il se change en ténèbres, Que Dieu n'en ait point souci dans le ciel, Et que la lumière ne rayonne plus sur lui!
3.5 Que l'obscurité et l'ombre de la mort s'en emparent, Que des nuées établissent leur demeure au-dessus de lui, Et que de noirs phénomènes l'épouvantent!
3.6 Cette nuit! que les ténèbres en fassent leur proie, Qu'elle disparaisse de l'année, Qu'elle ne soit plus comptée parmi les mois!
3.7 Que cette nuit devienne stérile, Que l'allégresse en soit bannie!
3.8 Qu'elle soit maudite par ceux qui maudissent les jours, Par ceux qui savent exciter le léviathan!
3.9 Que les étoiles de son crépuscule s'obscurcissent, Qu'elle attende en vain la lumière, Et qu'elle ne voie point les paupières de l'aurore!
3.10 Car elle n'a pas fermé le sein qui me conçut, Ni dérobé la souffrance à mes regards.
3.11 Pourquoi ne suis-je pas mort dans le ventre de ma mère? Pourquoi n'ai-je pas expiré au sortir de ses entrailles?
3.12 Pourquoi ai-je trouvé des genoux pour me recevoir, Et des mamelles pour m'allaiter?
3.13 Je serais couché maintenant, je serais tranquille, Je dormirais, je reposerais,
3.14 Avec les rois et les grands de la terre, Qui se bâtirent des mausolées,
3.15 Avec les princes qui avaient de l'or, Et qui remplirent d'argent leurs demeures.
3.16 Ou je n'existerais pas, je serais comme un avorton caché, Comme des enfants qui n'ont pas vu la lumière.
3.17 Là ne s'agitent plus les méchants, Et là se reposent ceux qui sont fatigués et sans force;
3.18 Les captifs sont tous en paix, Ils n'entendent pas la voix de l'oppresseur;
3.19 Le petit et le grand sont là, Et l'esclave n'est plus soumis à son maître.
3.20 Pourquoi donne-t-il la lumière à celui qui souffre, Et la vie à ceux qui ont l'amertume dans l'âme,
3.21 Qui espèrent en vain la mort, Et qui la convoitent plus qu'un trésor,
3.22 Qui seraient transportés de joie Et saisis d'allégresse, s'ils trouvaient le tombeau?
3.23 A l'homme qui ne sait où aller, Et que Dieu cerne de toutes parts?
3.24 Mes soupirs sont ma nourriture, Et mes cris se répandent comme l'eau.
3.25 Ce que je crains, c'est ce qui m'arrive; Ce que je redoute, c'est ce qui m'atteint.
3.26 Je n'ai ni tranquillité, ni paix, ni repos, Et le trouble s'est emparé de moi.

Job 4

4.1 Éliphaz de Théman prit la parole et dit:
4.2 Si nous osons ouvrir la bouche, en seras-tu peiné? Mais qui pourrait garder le silence?
4.3 Voici, tu as souvent enseigné les autres, Tu as fortifié les mains languissantes,
4.4 Tes paroles ont relevé ceux qui chancelaient, Tu as affermi les genoux qui pliaient.
4.5 Et maintenant qu'il s'agit de toi, tu faiblis! Maintenant que tu es atteint, tu te troubles!
4.6 Ta crainte de Dieu n'est-elle pas ton soutien? Ton espérance, n'est-ce pas ton intégrité?
4.7 Cherche dans ton souvenir: quel est l'innocent qui a péri? Quels sont les justes qui ont été exterminés?
4.8 Pour moi, je l'ai vu, ceux qui labourent l'iniquité Et qui sèment l'injustice en moissonnent les fruits;
4.9 Ils périssent par le souffle de Dieu, Ils sont consumés par le vent de sa colère,
4.10 Le rugissement des lions prend fin, Les dents des lionceaux sont brisées;
4.11 Le lion périt faute de proie, Et les petits de la lionne se dispersent.
4.12 Une parole est arrivée furtivement jusqu'à moi, Et mon oreille en a recueilli les sons légers.
4.13 Au moment où les visions de la nuit agitent la pensée, Quand les hommes sont livrés à un profond sommeil,
4.14 Je fus saisi de frayeur et d'épouvante, Et tous mes os tremblèrent.
4.15 Un esprit passa près de moi... Tous mes cheveux se hérissèrent...
4.16 Une figure d'un aspect inconnu était devant mes yeux, Et j'entendis une voix qui murmurait doucement:
4.17 L'homme serait-il juste devant Dieu? Serait-il pur devant celui qui l'a fait?
4.18 Si Dieu n'a pas confiance en ses serviteurs, S'il trouve de la folie chez ses anges,
4.19 Combien plus chez ceux qui habitent des maisons d'argile, Qui tirent leur origine de la poussière, Et qui peuvent être écrasés comme un vermisseau!
4.20 Du matin au soir ils sont brisés, Ils périssent pour toujours, et nul n'y prend garde;
4.21 Le fil de leur vie est coupé, Ils meurent, et ils n'ont pas acquis la sagesse.

Job 5

5.1 Crie maintenant! Qui te répondra? Auquel des saints t'adresseras-tu?
5.2 L'insensé périt dans sa colère, Le fou meurt dans ses emportements.
5.3 J'ai vu l'insensé prendre racine; Puis soudain j'ai maudit sa demeure.
5.4 Plus de prospérité pour ses fils; Ils sont foulés à la porte, et personne qui les délivre!
5.5 Sa moisson est dévorée par des affamés, Qui viennent l'enlever jusque dans les épines, Et ses biens sont engloutis par des hommes altérés.
5.6 Le malheur ne sort pas de la poussière, Et la souffrance ne germe pas du sol;
5.7 L'homme naît pour souffrir, Comme l'étincelle pour voler.
5.8 Pour moi, j'aurais recours à Dieu, Et c'est à Dieu que j'exposerais ma cause.
5.9 Il fait des choses grandes et insondables, Des merveilles sans nombre;
5.10 Il répand la pluie sur la terre, Et envoie l'eau sur les campagnes;
5.11 Il relève les humbles, Et délivre les affligés;
5.12 Il anéantit les projets des hommes rusés, Et leurs mains ne peuvent les accomplir;
5.13 Il prend les sages dans leur propre ruse, Et les desseins des hommes artificieux sont renversés:
5.14 Ils rencontrent les ténèbres au milieu du jour, Ils tâtonnent en plein midi comme dans la nuit.
5.15 Ainsi Dieu protège le faible contre leurs menaces, Et le sauve de la main des puissants;
5.16 Et l'espérance soutient le malheureux, Mais l'iniquité ferme la bouche.
5.17 Heureux l'homme que Dieu châtie! Ne méprise pas la correction du Tout Puissant.
5.18 Il fait la plaie, et il la bande; Il blesse, et sa main guérit.
5.19 Six fois il te délivrera de l'angoisse, Et sept fois le mal ne t'atteindra pas.
5.20 Il te sauvera de la mort pendant la famine, Et des coups du glaive pendant la guerre.
5.21 Tu seras à l'abri du fléau de la langue, Tu seras sans crainte quand viendra la dévastation.
5.22 Tu te riras de la dévastation comme de la famine, Et tu n'auras pas à redouter les bêtes de la terre;
5.23 Car tu feras alliance avec les pierres des champs, Et les bêtes de la terre seront en paix avec toi.
5.24 Tu jouiras du bonheur sous ta tente, Tu retrouveras tes troupeaux au complet,
5.25 Tu verras ta postérité s'accroître, Et tes rejetons se multiplier comme l'herbe des champs.
5.26 Tu entreras au sépulcre dans la vieillesse, Comme on emporte une gerbe en son temps.
5.27 Voilà ce que nous avons reconnu, voilà ce qui est; A toi d'entendre et de mettre à profit.

Job 6

6.1 Job prit la parole et dit:
6.2 Oh! s'il était possible de peser ma douleur, Et si toutes mes calamités étaient sur la balance,
6.3 Elles seraient plus pesantes que le sable de la mer; Voilà pourquoi mes paroles vont jusqu'à la folie!
6.4 Car les flèches du Tout Puissant m'ont percé, Et mon âme en suce le venin; Les terreurs de Dieu se rangent en bataille contre moi.
6.5 L'âne sauvage crie-t-il auprès de l'herbe tendre? Le boeuf mugit-il auprès de son fourrage?
6.6 Peut-on manger ce qui est fade et sans sel? Y a-t-il de la saveur dans le blanc d'un oeuf?
6.7 Ce que je voudrais ne pas toucher, C'est là ma nourriture, si dégoûtante soit-elle!
6.8 Puisse mon voeu s'accomplir, Et Dieu veuille réaliser mon espérance!
6.9 Qu'il plaise à Dieu de m'écraser, Qu'il étende sa main et qu'il m'achève!
6.10 Il me restera du moins une consolation, Une joie dans les maux dont il m'accable: Jamais je n'ai transgressé les ordres du Saint.
6.11 Pourquoi espérer quand je n'ai plus de force? Pourquoi attendre quand ma fin est certaine?
6.12 Ma force est-elle une force de pierre? Mon corps est-il d'airain?
6.13 Ne suis-je pas sans ressource, Et le salut n'est-il pas loin de moi?
6.14 Celui qui souffre a droit à la compassion de son ami, Même quand il abandonnerait la crainte du Tout Puissant.
6.15 Mes frères sont perfides comme un torrent, Comme le lit des torrents qui disparaissent.
6.16 Les glaçons en troublent le cours, La neige s'y précipite;
6.17 Viennent les chaleurs, et ils tarissent, Les feux du soleil, et leur lit demeure à sec.
6.18 Les caravanes se détournent de leur chemin, S'enfoncent dans le désert, et périssent.
6.19 Les caravanes de Théma fixent le regard, Les voyageurs de Séba sont pleins d'espoir;
6.20 Ils sont honteux d'avoir eu confiance, Ils restent confondus quand ils arrivent.
6.21 Ainsi, vous êtes comme si vous n'existiez pas; Vous voyez mon angoisse, et vous en avez horreur!
6.22 Vous ai-je dit: Donnez-moi quelque chose, Faites en ma faveur des présents avec vos biens,
6.23 Délivrez-moi de la main de l'ennemi, Rachetez-moi de la main des méchants?
6.24 Instruisez-moi, et je me tairai; Faites-moi comprendre en quoi j'ai péché.
6.25 Que les paroles vraies sont persuasives! Mais que prouvent vos remontrances?
6.26 Voulez-vous donc blâmer ce que j'ai dit, Et ne voir que du vent dans les discours d'un désespéré?
6.27 Vous accablez un orphelin, Vous persécutez votre ami.
6.28 Regardez-moi, je vous prie! Vous mentirais-je en face?
6.29 Revenez, ne soyez pas injustes; Revenez, et reconnaissez mon innocence.
6.30 Y a-t-il de l'iniquité sur ma langue, Et ma bouche ne discerne-t-elle pas le mal?

Job 7

7.1 Le sort de l'homme sur la terre est celui d'un soldat, Et ses jours sont ceux d'un mercenaire.
7.2 Comme l'esclave soupire après l'ombre, Comme l'ouvrier attend son salaire,
7.3 Ainsi j'ai pour partage des mois de douleur, J'ai pour mon lot des nuits de souffrance.
7.4 Je me couche, et je dis: Quand me lèverai-je? quand finira la nuit? Et je suis rassasié d'agitations jusqu'au point du jour.
7.5 Mon corps se couvre de vers et d'une croûte terreuse, Ma peau se crevasse et se dissout.
7.6 Mes jours sont plus rapides que la navette du tisserand, Ils s'évanouissent: plus d'espérance!
7.7 Souviens-toi que ma vie est un souffle! Mes yeux ne reverront pas le bonheur.
7.8 L'oeil qui me regarde ne me regardera plus; Ton oeil me cherchera, et je ne serai plus.
7.9 Comme la nuée se dissipe et s'en va, Celui qui descend au séjour des morts ne remontera pas;
7.10 Il ne reviendra plus dans sa maison, Et le lieu qu'il habitait ne le connaîtra plus.
7.11 C'est pourquoi je ne retiendrai point ma bouche, Je parlerai dans l'angoisse de mon coeur, Je me plaindrai dans l'amertume de mon âme.
7.12 uis-je une mer, ou un monstre marin, Pour que tu établisses des gardes autour de moi?
7.13 Quand je dis: Mon lit me soulagera, Ma couche calmera mes douleurs,
7.14 C'est alors que tu m'effraies par des songes, Que tu m'épouvantes par des visions.
7.15 Ah! je voudrais être étranglé! Je voudrais la mort plutôt que ces os!
7.16 je les méprise!... je ne vivrai pas toujours... Laisse-moi, car ma vie n'est qu'un souffle.
7.17 Qu'est-ce que l'homme, pour que tu en fasses tant de cas, Pour que tu daignes prendre garde à lui,
7.18 Pour que tu le visites tous les matins, Pour que tu l'éprouves à tous les instants?
7.19 Quand cesseras-tu d'avoir le regard sur moi? Quand me laisseras-tu le temps d'avaler ma salive?
7.20 Si j'ai péché, qu'ai-je pu te faire, gardien des hommes? Pourquoi me mettre en butte à tes traits? Pourquoi me rendre à charge à moi-même?
7.21 Que ne pardonnes-tu mon péché, Et que n'oublies-tu mon iniquité? Car je vais me coucher dans la poussière; Tu me chercheras, et je ne serai plus.

Job 8

8.1 Bildad de Schuach prit la parole et dit:
8.2 Jusqu'à quand veux-tu discourir de la sorte, Et les paroles de ta bouche seront-elles un vent impétueux?
8.3 Dieu renverserait-il le droit? Le Tout Puissant renverserait-il la justice?
8.4 Si tes fils ont péché contre lui, Il les a livrés à leur péché.
8.5 Mais toi, si tu as recours à Dieu, Si tu implores le Tout Puissant;
8.6 Si tu es juste et droit, Certainement alors il veillera sur toi, Et rendra le bonheur à ton innocente demeure;
8.7 Ton ancienne prospérité semblera peu de chose, Celle qui t'est réservée sera bien plus grande.
8.8 Interroge ceux des générations passées, Sois attentif à l'expérience de leurs pères.
8.9 Car nous sommes d'hier, et nous ne savons rien, Nos jours sur la terre ne sont qu'une ombre.
8.10 Ils t'instruiront, ils te parleront, Ils tireront de leur coeur ces sentences:
8.11 Le jonc croît-il sans marais? Le roseau croît-il sans humidité?
8.12 Encore vert et sans qu'on le coupe, Il sèche plus vite que toutes les herbes.
8.13 Ainsi arrive-t-il à tous ceux qui oublient Dieu, Et l'espérance de l'impie périra.
8.14 Son assurance est brisée, Son soutien est une toile d'araignée.
8.15 Il s'appuie sur sa maison, et elle n'est pas ferme; Il s'y cramponne, et elle ne résiste pas.
8.16 Dans toute sa vigueur, en plein soleil, Il étend ses rameaux sur son jardin,
8.17 Il entrelace ses racines parmi les pierres, Il pénètre jusque dans les murailles;
8.18 L'arrache-t-on du lieu qu'il occupe, Ce lieu le renie: Je ne t'ai point connu!
8.19 Telles sont les délices que ses voies lui procurent. Puis sur le même sol d'autres s'élèvent après lui.
8.20 Non, Dieu ne rejette point l'homme intègre, Et il ne protège point les méchants.
8.21 Il remplira ta bouche de cris de joie, Et tes lèvres de chants d'allégresse.
8.22 Tes ennemis seront couverts de honte; La tente des méchants disparaîtra.

Job 9

9.1 Job prit la parole et dit:
9.2 Je sais bien qu'il en est ainsi; Comment l'homme serait-il juste devant Dieu?
9.3 S'il voulait contester avec lui, Sur mille choses il ne pourrait répondre à une seule.
9.4 A lui la sagesse et la toute-puissance: Qui lui résisterait impunément?
9.5 Il transporte soudain les montagnes, Il les renverse dans sa colère.
9.6 Il secoue la terre sur sa base, Et ses colonnes sont ébranlées.
9.7 Il commande au soleil, et le soleil ne paraît pas; Il met un sceau sur les étoiles.
9.8 Seul, il étend les cieux, Il marche sur les hauteurs de la mer.
9.9 Il a créé la Grande Ourse, l'Orion et les Pléiades, Et les étoiles des régions australes.
9.10 Il fait des choses grandes et insondables, Des merveilles sans nombre.
9.11 Voici, il passe près de moi, et je ne le vois pas, Il s'en va, et je ne l'aperçois pas.
9.12 S'il enlève, qui s'y opposera? Qui lui dira: Que fais-tu?
9.13 Dieu ne retire point sa colère; Sous lui s'inclinent les appuis de l'orgueil.
9.14 Et moi, comment lui répondre? Quelles paroles choisir?
9.15 Quand je serais juste, je ne répondrais pas; Je ne puis qu'implorer mon juge.
9.16 Et quand il m'exaucerait, si je l'invoque, Je ne croirais pas qu'il eût écouté ma voix,
9.17 Lui qui m'assaille comme par une tempête, Qui multiplie sans raison mes blessures,
9.18 Qui ne me laisse pas respirer, Qui me rassasie d'amertume.
9.19 Recourir à la force? Il est Tout Puissant. A la justice? Qui me fera comparaître?
9.20 Suis-je juste, ma bouche me condamnera; Suis-je innocent, il me déclarera coupable.
9.21 Innocent! Je le suis; mais je ne tiens pas à la vie, Je méprise mon existence.
9.22 Qu'importe après tout? Car, j'ose le dire, Il détruit l'innocent comme le coupable.
9.23 Si du moins le fléau donnait soudain la mort!... Mais il se rit des épreuves de l'innocent.
9.24 La terre est livrée aux mains de l'impie; Il voile la face des juges. Si ce n'est pas lui, qui est-ce donc?
9.25 Mes jours sont plus rapides qu'un courrier; Ils fuient sans avoir vu le bonheur;
9.26 Ils passent comme les navires de jonc, Comme l'aigle qui fond sur sa proie.
9.27 Si je dis: Je veux oublier mes souffrances, Laisser ma tristesse, reprendre courage,
9.28 Je suis effrayé de toutes mes douleurs. Je sais que tu ne me tiendras pas pour innocent.
9.29 Je serai jugé coupable; Pourquoi me fatiguer en vain?
9.30 Quand je me laverais dans la neige, Quand je purifierais mes mains avec du savon,
9.31 Tu me plongerais dans la fange, Et mes vêtements m'auraient en horreur.
9.32 Il n'est pas un homme comme moi, pour que je lui réponde, Pour que nous allions ensemble en justice.
9.33 Il n'y a pas entre nous d'arbitre, Qui pose sa main sur nous deux.
9.34 Qu'il retire sa verge de dessus moi, Que ses terreurs ne me troublent plus;
9.35 Alors je parlerai et je ne le craindrai pas. Autrement, je ne suis point à moi-même.

Job 10

10.1 Mon âme est dégoûtée de la vie! Je donnerai cours à ma plainte, Je parlerai dans l'amertume de mon âme.
10.2 Je dis à Dieu: Ne me condamne pas! Fais-moi savoir pourquoi tu me prends à partie!
10.3 Te paraît-il bien de maltraiter, De repousser l'ouvrage de tes mains, Et de faire briller ta faveur sur le conseil des méchants?
10.4 As-tu des yeux de chair, Vois-tu comme voit un homme?
10.5 Tes jours sont-ils comme les jours de l'homme, Et tes années comme ses années,
10.6 Pour que tu recherches mon iniquité, Pour que tu t'enquières de mon péché,
10.7 Sachant bien que je ne suis pas coupable, Et que nul ne peut me délivrer de ta main?
10.8 Tes mains m'ont formé, elles m'ont créé, Elles m'ont fait tout entier... Et tu me détruirais!
10.9 Souviens-toi que tu m'as façonné comme de l'argile; Voudrais-tu de nouveau me réduire en poussière?
10.10 Ne m'as-tu pas coulé comme du lait? Ne m'as-tu pas caillé comme du fromage?
10.11 Tu mas revêtu de peau et de chair, Tu m'as tissé d'os et de nerfs;
10.12 Tu m'as accordé ta grâce avec la vie, Tu m'as conservé par tes soins et sous ta garde.
10.13 Voici néanmoins ce que tu cachais dans ton coeur, Voici, je le sais, ce que tu as résolu en toi-même.
10.14 Si je pèche, tu m'observes, Tu ne pardonnes pas mon iniquité.
10.15 Suis-je coupable, malheur à moi! Suis-je innocent, je n'ose lever la tête, Rassasié de honte et absorbé dans ma misère.
10.16 Et si j'ose la lever, tu me poursuis comme un lion, Tu me frappes encore par des prodiges.
10.17 Tu m'opposes de nouveaux témoins, Tu multiplies tes fureurs contre moi, Tu m'assailles d'une succession de calamités.
10.18 Pourquoi m'as-tu fait sortir du sein de ma mère? Je serais mort, et aucun oeil ne m'aurait vu;
10.19 Je serais comme si je n'eusse pas existé, Et j'aurais passé du ventre de ma mère au sépulcre.
10.20 Mes jours ne sont-ils pas en petit nombre? Qu'il me laisse, Qu'il se retire de moi, et que je respire un peu,
10.21 Avant que je m'en aille, pour ne plus revenir, Dans le pays des ténèbres et de l'ombre de la mort,
10.22 Pays d'une obscurité profonde, Où règnent l'ombre de la mort et la confusion, Et où la lumière est semblable aux ténèbres.

Job 11

11.1 Tsophar de Naama prit la parole et dit:
11.2 Cette multitude de paroles ne trouvera-t-elle point de réponse, Et suffira-t-il d'être un discoureur pour avoir raison?
11.3 Tes vains propos feront-ils taire les gens? Te moqueras-tu, sans que personne te confonde?
11.4 Tu dis: Ma manière de voir est juste, Et je suis pur à tes yeux.
11.5 Oh! si Dieu voulait parler, S'il ouvrait les lèvres pour te répondre,
11.6 Et s'il te révélait les secrets de sa sagesse, De son immense sagesse, Tu verrais alors qu'il ne te traite pas selon ton iniquité.
11.7 Prétends-tu sonder les pensées de Dieu, Parvenir à la connaissance parfaite du Tout Puissant?
11.8 Elle est aussi haute que les cieux: que feras-tu? Plus profonde que le séjour des morts: que sauras-tu?
11.9 La mesure en est plus longue que la terre, Elle est plus large que la mer.
11.10 S'il passe, s'il saisit, S'il traîne à son tribunal, qui s'y opposera?
11.11 Car il connaît les vicieux, Il voit facilement les coupables.
11.12 L'homme, au contraire, a l'intelligence d'un fou, Il est né comme le petit d'un âne sauvage.
11.13 Pour toi, dirige ton coeur vers Dieu, Étends vers lui tes mains,
11.14 Éloigne-toi de l'iniquité, Et ne laisse pas habiter l'injustice sous ta tente.
11.15 Alors tu lèveras ton front sans tache, Tu seras ferme et sans crainte;
11.16 Tu oublieras tes souffrances, Tu t'en souviendras comme des eaux écoulées.
11.17 Tes jours auront plus d'éclat que le soleil à son midi, Tes ténèbres seront comme la lumière du matin,
11.18 Tu seras plein de confiance, et ton attente ne sera plus vaine; Tu regarderas autour de toi, et tu reposeras en sûreté.
11.19 Tu te coucheras sans que personne ne trouble, Et plusieurs caresseront ton visage.
11.20 Mais les yeux des méchants seront consumés; Pour eux point de refuge; La mort, voilà leur espérance!

Job 12

12.1 Job prit la parole et dit:
12.2 On dirait, en vérité, que le genre humain c'est vous, Et qu'avec vous doit mourir la sagesse.
12.3 J'ai tout aussi bien que vous de l'intelligence, moi, Je ne vous suis point inférieur; Et qui ne sait les choses que vous dites?
12.4 Je suis pour mes amis un objet de raillerie, Quand j'implore le secours de Dieu; Le juste, l'innocent, un objet de raillerie!
12.5 Au malheur le mépris! c'est la devise des heureux; A celui dont le pied chancelle est réservé le mépris.
12.6 Il y a paix sous la tente des pillards, Sécurité pour ceux qui offensent Dieu, Pour quiconque se fait un dieu de sa force.
12.7 Interroge les bêtes, elles t'instruiront, Les oiseaux du ciel, ils te l'apprendront;
12.8 Parle à la terre, elle t'instruira; Et les poissons de la mer te le raconteront.
12.9 on ne reconnaît chez eux la preuve Que la main de l'Éternel a fait toutes choses?
12.10 Il tient dans sa main l'âme de tout ce qui vit, Le souffle de toute chair d'homme.
12.11 L'oreille ne discerne-t-elle pas les paroles, Comme le palais savoure les aliments?
12.12 Dans les vieillards se trouve la sagesse, Et dans une longue vie l'intelligence.
12.13 En Dieu résident la sagesse et la puissance. Le conseil et l'intelligence lui appartiennent.
12.14 Ce qu'il renverse ne sera point rebâti, Celui qu'il enferme ne sera point délivré.
12.15 Il retient les eaux et tout se dessèche; Il les lâche, et la terre en est dévastée.
12.16 Il possède la force et la prudence; Il maîtrise celui qui s'égare ou fait égarer les autres.
12.17 Il emmène captifs les conseillers; Il trouble la raison des juges.
12.18 Il délie la ceinture des rois, Il met une corde autour de leurs reins.
12.19 Il emmène captifs les sacrificateurs; Il fait tomber les puissants.
12.20 Il ôte la parole à ceux qui ont de l'assurance; Il prive de jugement les vieillards.
12.21 Il verse le mépris sur les grands; Il relâche la ceinture des forts.
12.22 Il met à découvert ce qui est caché dans les ténèbres, Il produit à la lumière l'ombre de la mort.
12.23 Il donne de l'accroissement aux nations, et il les anéantit; Il les étend au loin, et il les ramène dans leurs limites.
12.24 Il enlève l'intelligence aux chefs des peuples, Il les fait errer dans les déserts sans chemin;
12.25 Ils tâtonnent dans les ténèbres, et ne voient pas clair; Il les fait errer comme des gens ivres.

Job 13

13.1 Voici, mon oeil a vu tout cela, Mon oreille l'a entendu et y a pris garde.
13.2 Ce que vous savez, je le sais aussi, Je ne vous suis point inférieur.
13.3 Mais je veux parler au Tout Puissant, Je veux plaider ma cause devant Dieu;
13.4 Car vous, vous n'imaginez que des faussetés, Vous êtes tous des médecins de néant.
13.5 Que n'avez-vous gardé le silence? Vous auriez passé pour avoir de la sagesse.
13.6 Écoutez, je vous prie, ma défense, Et soyez attentifs à la réplique de mes lèvres.
13.7 Direz-vous en faveur de Dieu ce qui est injuste, Et pour le soutenir alléguerez-vous des faussetés?
13.8 Voulez-vous avoir égard à sa personne? Voulez-vous plaider pour Dieu?
13.9 S'il vous sonde, vous approuvera-t-il? Ou le tromperez-vous comme on trompe un homme?
13.10 Certainement il vous condamnera, Si vous n'agissez en secret que par égard pour sa personne.
13.11 Sa majesté ne vous épouvantera-t-elle pas? Sa terreur ne tombera-t-elle pas sur vous?
13.12 Vos sentences sont des sentences de cendre, Vos retranchements sont des retranchements de boue.
13.13 Taisez-vous, laissez-moi, je veux parler! Il m'en arrivera ce qu'il pourra.
13.14 Pourquoi saisirais-je ma chair entre les dents? J'exposerai plutôt ma vie.
13.15 Voici, il me tuera; je n'ai rien à espérer; Mais devant lui je défendrai ma conduite.
13.16 Cela même peut servir à mon salut, Car un impie n'ose paraître en sa présence.
13.17 Écoutez, écoutez mes paroles, Prêtez l'oreille à ce que je vais dire.
13.18 Me voici prêt à plaider ma cause; Je sais que j'ai raison.
13.19 Quelqu'un disputera-t-il contre moi? Alors je me tais, et je veux mourir.
13.20 Seulement, accorde-moi deux choses Et je ne me cacherai pas de loin de ta face:
13.21 Retire ta main de dessus moi, Et que tes terreurs ne me troublent plus.
13.22 Puis appelle, et je répondrai, Ou si je parle, réponds-moi!
13.23 Quel est le nombre de mes iniquités et de mes péchés? Fais-moi connaître mes transgressions et mes péchés.
13.24 Pourquoi caches-tu ton visage, Et me prends-tu pour ton ennemi?
13.25 Veux-tu frapper une feuille agitée? Veux-tu poursuivre une paille desséchée?
13.26 Pourquoi m'infliger d'amères souffrances, Me punir pour des fautes de jeunesse?
13.27 Pourquoi mettre mes pieds dans les ceps, Surveiller tous mes mouvements, Tracer une limite à mes pas,
13.28 Quand mon corps tombe en pourriture, Comme un vêtement que dévore la teigne?

Job 14

14.1 L'homme né de la femme! Sa vie est courte, sans cesse agitée.
14.2 Il naît, il est coupé comme une fleur; Il fuit et disparaît comme une ombre.
14.3 Et c'est sur lui que tu as l'oeil ouvert! Et tu me fais aller en justice avec toi!
14.4 Comment d'un être souillé sortira-t-il un homme pur? Il n'en peut sortir aucun.
14.5 Si ses jours sont fixés, si tu as compté ses mois, Si tu en as marqué le terme qu'il ne saurait franchir,
14.6 Détourne de lui les regards, et donne-lui du relâche, Pour qu'il ait au moins la joie du mercenaire à la fin de sa journée.
14.7 Un arbre a de l'espérance: Quand on le coupe, il repousse, Il produit encore des rejetons;
14.8 Quand sa racine a vieilli dans la terre, Quand son tronc meurt dans la poussière,
14.9 Il reverdit à l'approche de l'eau, Il pousse des branches comme une jeune plante.
14.10 Mais l'homme meurt, et il perd sa force; L'homme expire, et où est-il?
14.11 Les eaux des lacs s'évanouissent, Les fleuves tarissent et se dessèchent;
14.12 Ainsi l'homme se couche et ne se relèvera plus, Il ne se réveillera pas tant que les cieux subsisteront, Il ne sortira pas de son sommeil.
14.13 Oh! si tu voulais me cacher dans le séjour des morts, M'y tenir à couvert jusqu'à ce que ta colère fût passée, Et me fixer un terme auquel tu te souviendras de moi!
14.14 Si l'homme une fois mort pouvait revivre, J'aurais de l'espoir tout le temps de mes souffrances, Jusqu'à ce que mon état vînt à changer.
14.15 Tu appellerais alors, et je te répondrais, Tu languirais après l'ouvrage de tes mains.
14.16 Mais aujourd'hui tu comptes mes pas, Tu as l'oeil sur mes péchés;
14.17 Mes transgressions sont scellées en un faisceau, Et tu imagines des iniquités à ma charge.
14.18 La montagne s'écroule et périt, Le rocher disparaît de sa place,
14.19 La pierre est broyée par les eaux, Et la terre emportée par leur courant; Ainsi tu détruis l'espérance de l'homme.
14.20 Tu es sans cesse à l'assaillir, et il s'en va; Tu le défigures, puis tu le renvoies.
14.21 Que ses fils soient honorés, il n'en sait rien; Qu'ils soient dans l'abaissement, il l'ignore.
14.22 C'est pour lui seul qu'il éprouve de la douleur en son corps, C'est pour lui seul qu'il ressent de la tristesse en son âme.

Job 15

15.1 Éliphaz de Théman prit la parole et dit:
15.2 Le sage répond-il par un vain savoir? Se gonfle-t-il la poitrine du vent d'orient?
15.3 Est-ce par d'inutiles propos qu'il se défend? Est-ce par des discours qui ne servent à rien?
15.4 Toi, tu détruis même la crainte de Dieu, Tu anéantis tout mouvement de piété devant Dieu.
15.5 Ton iniquité dirige ta bouche, Et tu prends le langage des hommes rusés.
15.6 Ce n'est pas moi, c'est ta bouche qui te condamne. Ce sont tes lèvres qui déposent contre toi.
15.7 Es-tu né le premier des hommes? As-tu été enfanté avant les collines?
15.8 As-tu reçu les confidences de Dieu? As-tu dérobé la sagesse à ton profit?
15.9 Que sais-tu que nous ne sachions pas? Quelle connaissance as-tu que nous n'ayons pas?
15.10 Il y a parmi nous des cheveux blancs, des vieillards, Plus riches de jours que ton père.
15.11 Tiens-tu pour peu de chose les consolations de Dieu, Et les paroles qui doucement se font entendre à toi?...
15.12 Où ton coeur t'entraîne-t-il, Et que signifie ce roulement de tes yeux?
15.13 Quoi! c'est contre Dieu que tu tournes ta colère Et que ta bouche exhale de pareils discours!
15.14 Qu'est-ce que l'homme, pour qu'il soit pur? Celui qui est né de la femme peut-il être juste?
15.15 Si Dieu n'a pas confiance en ses saints, Si les cieux ne sont pas purs devant lui,
15.16 Combien moins l'être abominable et pervers, L'homme qui boit l'iniquité comme l'eau!
15.17 Je vais te parler, écoute-moi! Je raconterai ce que j'ai vu,
15.18 Ce que les sages ont fait connaître, Ce qu'ils ont révélé, l'ayant appris de leurs pères.
15.19 A eux seuls appartenait le pays, Et parmi eux nul étranger n'était encore venu.
15.20 Le méchant passe dans l'angoisse tous les jours de sa vie, Toutes les années qui sont le partage de l'impie.
15.21 La voix de la terreur retentit à ses oreilles; Au sein de la paix, le dévastateur va fondre sur lui;
15.22 Il n'espère pas échapper aux ténèbres, Il voit l'épée qui le menace;
15.23 Il court çà et là pour chercher du pain, Il sait que le jour des ténèbres l'attend.
15.24 a détresse et l'angoisse l'épouvantent, Elles l'assaillent comme un roi prêt à combattre;
15.25 Car il a levé la main contre Dieu, Il a bravé le Tout Puissant,
15.26 Il a eu l'audace de courir à lui Sous le dos épais de ses boucliers.
15.27 Il avait le visage couvert de graisse, Les flancs chargés d'embonpoint;
15.28 Et il habite des villes détruites, Des maisons abandonnées, Sur le point de tomber en ruines.
15.29 Il ne s'enrichira plus, sa fortune ne se relèvera pas, Sa prospérité ne s'étendra plus sur la terre.
15.30 Il ne pourra se dérober aux ténèbres, La flamme consumera ses rejetons, Et Dieu le fera périr par le souffle de sa bouche.
15.31 S'il a confiance dans le mal, il se trompe, Car le mal sera sa récompense.
15.32 lle arrivera avant le terme de ses jours, Et son rameau ne verdira plus.
15.33 Il sera comme une vigne dépouillée de ses fruits encore verts, Comme un olivier dont on a fait tomber les fleurs.
15.34 La maison de l'impie deviendra stérile, Et le feu dévorera la tente de l'homme corrompu.
15.35 Il conçoit le mal et il enfante le mal, Il mûrit dans son sein des fruits qui le trompent.

Job 16

16.1 Job prit la parole et dit:
16.2 J'ai souvent entendu pareilles choses; Vous êtes tous des consolateurs fâcheux.
16.3 Quand finiront ces discours en l'air? Pourquoi cette irritation dans tes réponses?
16.4 Moi aussi, je pourrais parler comme vous, Si vous étiez à ma place: Je vous accablerais de paroles, Je secouerais sur vous la tête,
16.5 Je vous fortifierais de la bouche, Je remuerais les lèvres pour vous soulager.
16.6 Si je parle, mes souffrances ne seront point calmées, Si je me tais, en quoi seront-elles moindres?
16.7 Maintenant, hélas! il m'a épuisé... Tu as ravagé toute ma maison;
16.8 Tu m'as saisi, pour témoigner contre moi; Ma maigreur se lève, et m'accuse en face.
16.9 Il me déchire et me poursuit dans sa fureur, Il grince des dents contre moi, Il m'attaque et me perce de son regard.
16.10 Ils ouvrent la bouche pour me dévorer, Ils m'insultent et me frappent les joues, Ils s'acharnent tous après moi.
16.11 Dieu me livre à la merci des impies, Il me précipite entre les mains des méchants.
16.12 J'étais tranquille, et il m'a secoué, Il m'a saisi par la nuque et m'a brisé, Il a tiré sur moi comme à un but.
16.13 Ses traits m'environnent de toutes parts; Il me perce les reins sans pitié, Il répand ma bile sur la terre.
16.14 Il me fait brèche sur brèche, Il fond sur moi comme un guerrier.
16.15 J'ai cousu un sac sur ma peau; J'ai roulé ma tête dans la poussière.
16.16 Les pleurs ont altéré mon visage; L'ombre de la mort est sur mes paupières.
16.17 Je n'ai pourtant commis aucune violence, Et ma prière fut toujours pure.
16.18 O terre, ne couvre point mon sang, Et que mes cris prennent librement leur essor!
16.19 Déjà maintenant, mon témoin est dans le ciel, Mon témoin est dans les lieux élevés.
16.20 Mes amis se jouent de moi; C'est Dieu que j'implore avec larmes.
16.21 Puisse-t-il donner à l'homme raison contre Dieu, Et au fils de l'homme contre ses amis!
16.22 Car le nombre de mes années touche à son terme, Et je m'en irai par un sentier d'où je ne reviendrai pas.

Job 17

17.1 Mon souffle se perd, Mes jours s'éteignent, Le sépulcre m'attend.
17.2 Je suis environné de moqueurs, Et mon oeil doit contempler leurs insultes.
17.3 Sois auprès de toi-même ma caution; Autrement, qui répondrait pour moi?
17.4 Car tu as fermé leur coeur à l'intelligence; Aussi ne les laisseras-tu pas triompher.
17.5 On invite ses amis au partage du butin, Et l'on a des enfants dont les yeux se consument.
17.6 Il m'a rendu la fable des peuples, Et ma personne est un objet de mépris.
17.7 Mon oeil est obscurci par la douleur; Tous mes membres sont comme une ombre.
17.8 Les hommes droits en sont stupéfaits, Et l'innocent se soulève contre l'impie.
17.9 Le juste néanmoins demeure ferme dans sa voie, Celui qui a les mains pures se fortifie de plus en plus.
17.10 Mais vous tous, revenez à vos mêmes discours, Et je ne trouverai pas un sage parmi vous.
17.11 Quoi! mes jours sont passés, mes projets sont anéantis, Les projets qui remplissaient mon coeur...
17.12 Et ils prétendent que la nuit c'est le jour, Que la lumière est proche quand les ténèbres sont là!
17.13 C'est le séjour des morts que j'attends pour demeure, C'est dans les ténèbres que je dresserai ma couche;
17.14 Je crie à la fosse: Tu es mon père! Et aux vers: Vous êtes ma mère et ma soeur!
17.15 Mon espérance, où donc est-elle? Mon espérance, qui peut la voir?
17.16 Elle descendra vers les portes du séjour des morts, Quand nous irons ensemble reposer dans la poussière.

Job 18

18.1 Bildad de Schuach prit la parole et dit:
18.2 Quand mettrez-vous un terme à ces discours? Ayez de l'intelligence, puis nous parlerons.
18.3 Pourquoi sommes-nous regardés comme des bêtes? Pourquoi ne sommes-nous à vos yeux que des brutes?
18.4 O toi qui te déchires dans ta fureur, Faut-il, à cause de toi, que la terre devienne déserte? Faut-il que les rochers disparaissent de leur place?
18.5 La lumière du méchant s'éteindra, Et la flamme qui en jaillit cessera de briller.
18.6 La lumière s'obscurcira sous sa tente, Et sa lampe au-dessus de lui s'éteindra.
18.7 Ses pas assurés seront à l'étroit; Malgré ses efforts, il tombera.
18.8 Car il met les pieds sur un filet, Il marche dans les mailles,
18.9 ainsi au piège par le talon, Et le filet s'empare de lui;
18.10 Le cordeau est caché dans la terre, Et la trappe est sur son sentier.
18.11 Des terreurs l'assiègent, l'entourent, Le poursuivent par derrière.
18.12 La faim consume ses forces, La misère est à ses côtés.
18.13 Les parties de sa peau sont l'une après l'autre dévorées, Ses membres sont dévorés par le premier-né de la mort.
18.14 Il est arraché de sa tente où il se croyait en sûreté, Il se traîne vers le roi des épouvantements.
18.15 Nul des siens n'habite sa tente, Le soufre est répandu sur sa demeure.
18.16 En bas, ses racines se dessèchent; En haut, ses branches sont coupées.
18.17 Sa mémoire disparaît de la terre, Son nom n'est plus sur la face des champs.
18.18 Il est poussé de la lumière dans les ténèbres, Il est chassé du monde.
18.19 Il ne laisse ni descendants ni postérité parmi son peuple, Ni survivant dans les lieux qu'il habitait.
18.20 Les générations à venir seront étonnées de sa ruine, Et la génération présente sera saisie d'effroi.
18.21 Point d'autre destinée pour le méchant, Point d'autre sort pour qui ne connaît pas Dieu!

Job 19

19.1 Job prit la parole et dit:
19.2 Jusques à quand affligerez-vous mon âme, Et m'écraserez-vous de vos discours?
19.3 Voilà dix fois que vous m'outragez; N'avez-vous pas honte de m'étourdir ainsi?
19.4 Si réellement j'ai péché, Seul j'en suis responsable.
19.5 Pensez-vous me traiter avec hauteur? Pensez-vous démontrer que je suis coupable?
19.6 Sachez alors que c'est Dieu qui me poursuit, Et qui m'enveloppe de son filet.
19.7 Voici, je crie à la violence, et nul ne répond; J'implore justice, et point de justice!
19.8 Il m'a fermé toute issue, et je ne puis passer; Il a répandu des ténèbres sur mes sentiers.
19.9 Il m'a dépouillé de ma gloire, Il a enlevé la couronne de ma tête.
19.10 Il m'a brisé de toutes parts, et je m'en vais; Il a arraché mon espérance comme un arbre.
19.11 Il s'est enflammé de colère contre moi, Il m'a traité comme l'un de ses ennemis.
19.12 Ses troupes se sont de concert mises en marche, Elles se sont frayé leur chemin jusqu'à moi, Elles ont campées autour de ma tente.
19.13 Il a éloigné de moi mes frères, Et mes amis se sont détournés de moi;
19.14 Je suis abandonné de mes proches, Je suis oublié de mes intimes.
19.15 Je suis un étranger pour mes serviteurs et mes servantes, Je ne suis plus à leurs yeux qu'un inconnu.
19.16 J'appelle mon serviteur, et il ne répond pas; Je le supplie de ma bouche, et c'est en vain.
19.17 Mon humeur est à charge à ma femme, Et ma plainte aux fils de mes entrailles.
19.18 Je suis méprisé même par des enfants; Si je me lève, je reçois leurs insultes.
19.19 Ceux que j'avais pour confidents m'ont en horreur, Ceux que j'aimais se sont tournés contre moi.
19.20 Mes os sont attachés à ma peau et à ma chair; Il ne me reste que la peau des dents.
19.21 Ayez pitié, ayez pitié de moi, vous, mes amis! Car la main de Dieu m'a frappé.
19.22 Pourquoi me poursuivre comme Dieu me poursuit? Pourquoi vous montrer insatiables de ma chair?
19.23 Oh! je voudrais que mes paroles fussent écrites, Qu'elles fussent écrites dans un livre;
19.24 Je voudrais qu'avec un burin de fer et avec du plomb Elles fussent pour toujours gravées dans le roc...
19.25 Mais je sais que mon Rédempteur est vivant, Et qu'il se lèvera le dernier sur la terre.
19.26 Quand ma peau sera détruite, il se lèvera; Quand je n'aurai plus de chair, je verrai Dieu.
19.27 Je le verrai, et il me sera favorable; Mes yeux le verront, et non ceux d'un autre; Mon âme languit d'attente au dedans de moi.
19.28 Vous direz alors: Pourquoi le poursuivions-nous? Car la justice de ma cause sera reconnue.
19.29 Craignez pour vous le glaive: Les châtiments par le glaive sont terribles! Et sachez qu'il y a un jugement.

Job 20

20.1 Tsophar de Naama prit la parole et dit:
20.2 Mes pensées me forcent à répondre, Et mon agitation ne peut se contenir.
20.3 J'ai entendu des reproches qui m'outragent; Le souffle de mon intelligence donnera la réplique.
20.4 Ne sais-tu pas que, de tout temps, Depuis que l'homme a été placé sur la terre,
20.5 Le triomphe des méchants a été court, Et la joie de l'impie momentanée?
20.6 Quand il s'élèverait jusqu'aux cieux, Et que sa tête toucherait aux nues,
20.7 ll périra pour toujours comme son ordure, Et ceux qui le voyaient diront: Où est-il?
20.8 Il s'envolera comme un songe, et on ne le trouvera plus; Il disparaîtra comme une vision nocturne;
20.9 L'oeil qui le regardait ne le regardera plus, Le lieu qu'il habitait ne l'apercevra plus.
20.10 Ses fils seront assaillis par les pauvres, Et ses mains restitueront ce qu'il a pris par violence.
20.11 La vigueur de la jeunesse, qui remplissait ses membres, Aura sa couche avec lui dans la poussière.
20.12 Le mal était doux à sa bouche, Il le cachait sous sa langue,
20.13 Il le savourait sans l'abandonner, Il le retenait au milieu de son palais;
20.14 Mais sa nourriture se transformera dans ses entrailles, Elle deviendra dans son corps un venin d'aspic.
20.15 Il a englouti des richesses, il les vomira; Dieu les chassera de son ventre.
20.16 Il a sucé du venin d'aspic, La langue de la vipère le tuera.
20.17 Il ne reposera plus ses regards sur les ruisseaux, Sur les torrents, sur les fleuves de miel et de lait.
20.18 Il rendra ce qu'il a gagné, et n'en profitera plus; Il restituera tout ce qu'il a pris, et n'en jouira plus.
20.19 Car il a opprimé, délaissé les pauvres, Il a ruiné des maisons et ne les a pas rétablies.
20.20 Son avidité n'a point connu de bornes; Mais il ne sauvera pas ce qu'il avait de plus cher.
20.21 Rien n'échappait à sa voracité; Mais son bien-être ne durera pas.
20.22 du milieu de l'abondance il sera dans la détresse; La main de tous les misérables se lèvera sur lui.
20.23 Et voici, pour lui remplir le ventre, Dieu enverra sur lui le feu de sa colère, Et le rassasiera par une pluie de traits.
20.24 S'il échappe aux armes de fer, L'arc d'airain le transpercera.
20.25 Il arrache de son corps le trait, Qui étincelle au sortir de ses entrailles, Et il est en proie aux terreurs de la mort.
20.26 Toutes les calamités sont réservées à ses trésors; Il sera consumé par un feu que n'allumera point l'homme, Et ce qui restera dans sa tente en deviendra la pâture.
20.27 Les cieux dévoileront son iniquité, Et la terre s'élèvera contre lui.
20.28 Les revenus de sa maison seront emportés, Ils disparaîtront au jour de la colère de Dieu.
20.29 Telle est la part que Dieu réserve au méchant, Tel est l'héritage que Dieu lui destine.

Job 21

21.1 Job prit la parole et dit:
21.2 Écoutez, écoutez mes paroles, Donnez-moi seulement cette consolation.
21.3 Laissez-moi parler, je vous prie; Et, quand j'aurai parlé, tu pourras te moquer.
21.4 Est-ce contre un homme que se dirige ma plainte? Et pourquoi mon âme ne serait-elle pas impatiente?
21.5 Regardez-moi, soyez étonnés, Et mettez la main sur la bouche.
21.6 Quand j'y pense, cela m'épouvante, Et un tremblement saisit mon corps.
21.7 Pourquoi les méchants vivent-ils? Pourquoi les voit-on vieillir et accroître leur force?
21.8 Leur postérité s'affermit avec eux et en leur présence, Leurs rejetons prospèrent sous leurs yeux.
21.9 Dans leurs maisons règne la paix, sans mélange de crainte; La verge de Dieu ne vient pas les frapper.
21.10 Leurs taureaux sont vigoureux et féconds, Leurs génisses conçoivent et n'avortent point.
21.11 Ils laissent courir leurs enfants comme des brebis, Et les enfants prennent leurs ébats.
21.12 Ils chantent au son du tambourin et de la harpe, Ils se réjouissent au son du chalumeau.
21.13 Ils passent leurs jours dans le bonheur, Et ils descendent en un instant au séjour des morts.
21.14 Ils disaient pourtant à Dieu: Retire-toi de nous; Nous ne voulons pas connaître tes voies.
21.15 Qu'est-ce que le Tout Puissant, pour que nous le servions? Que gagnerions-nous à lui adresser nos prières?
21.16 Quoi donc! ne sont-ils pas en possession du bonheur? -Loin de moi le conseil des méchants!
21.17 Mais arrive-t-il souvent que leur lampe s'éteigne, Que la misère fonde sur eux, Que Dieu leur distribue leur part dans sa colère,
21.18 Qu'ils soient comme la paille emportée par le vent, Comme la balle enlevée par le tourbillon?
21.19 Est-ce pour les fils que Dieu réserve le châtiment du père? Mais c'est lui que Dieu devrait punir, pour qu'il le sente;
21.20 C'est lui qui devrait contempler sa propre ruine, C'est lui qui devrait boire la colère du Tout Puissant.
21.21 Car, que lui importe sa maison après lui, Quand le nombre de ses mois est achevé?
21.22 Est-ce à Dieu qu'on donnera de la science, A lui qui gouverne les esprits célestes?
21.23 L'un meurt au sein du bien-être, De la paix et du bonheur,
21.24 Les flancs chargés de graisse Et la moelle des os remplie de sève;
21.25 L'autre meurt, l'amertume dans l'âme, Sans avoir joui d'aucun bien.
21.26 Et tous deux se couchent dans la poussière, Tous deux deviennent la pâture des vers.
21.27 Je sais bien quelles sont vos pensées, Quels jugements iniques vous portez sur moi.
21.28 Vous dites: Où est la maison de l'homme puissant? Où est la tente qu'habitaient les impies?
21.29 Mais quoi! n'avez-vous point interrogé les voyageurs, Et voulez-vous méconnaître ce qu'ils prouvent?
21.30 Au jour du malheur, le méchant est épargné; Au jour de la colère, il échappe.
21.31 Qui lui reproche en face sa conduite? Qui lui rend ce qu'il a fait?
21.32 Il est porté dans un sépulcre, Et il veille encore sur sa tombe.
21.33 Les mottes de la vallée lui sont légères; Et tous après lui suivront la même voie, Comme une multitude l'a déjà suivie.
21.34 Pourquoi donc m'offrir de vaines consolations? Ce qui reste de vos réponses n'est que perfidie.

Job 22

22.1 Éliphaz de Théman prit la parole et dit:
22.2 Un homme peut-il être utile à Dieu? Non; le sage n'est utile qu'à lui-même.
22.3 Si tu es juste, est-ce à l'avantage du Tout Puissant? Si tu es intègre dans tes voies, qu'y gagne-t-il?
22.4 Est-ce par crainte de toi qu'il te châtie, Qu'il entre en jugement avec toi?
22.5 Ta méchanceté n'est-elle pas grande? Tes iniquités ne sont-elles pas infinies?
22.6 Tu enlevais sans motif des gages à tes frères, Tu privais de leurs vêtements ceux qui étaient nus;
22.7 Tu ne donnais point d'eau à l'homme altéré, Tu refusais du pain à l'homme affamé.
22.8 Le pays était au plus fort, Et le puissant s'y établissait.
22.9 Tu renvoyais les veuves à vide; Les bras des orphelins étaient brisés.
22.10 C'est pour cela que tu es entouré de pièges, Et que la terreur t'a saisi tout à coup.
22.11 Ne vois-tu donc pas ces ténèbres, Ces eaux débordées qui t'envahissent?
22.12 Dieu n'est-il pas en haut dans les cieux? Regarde le sommet des étoiles, comme il est élevé!
22.13 Et tu dis: Qu'est-ce que Dieu sait? Peut-il juger à travers l'obscurité?
22.14 Les nuées l'enveloppent, et il ne voit rien; Il ne parcourt que la voûte des cieux.
22.15 Eh quoi! tu voudrais prendre l'ancienne route Qu'ont suivie les hommes d'iniquité?
22.16 Ils ont été emportés avant le temps, Ils ont eu la durée d'un torrent qui s'écoule.
22.17 Ils disaient à Dieu: Retire-toi de nous; Que peut faire pour nous le Tout Puissant?
22.18 Dieu cependant avait rempli de biens leurs maisons. -Loin de moi le conseil des méchants!
22.19
 
LE PAIN QUOTIDIEN

Vous me chercherez, et vous me trouverez, si vous me cherchez de tout votre coeur

Jeremie 29:13

BIBLE ONLINE
Venez lire et meditez la bible
Ecouter la bible en audio
 
 
     
Spiritualité   Ressources   OTC-Multimédia
         
- Bible en ligne
- Bible en audio
- Pain de vie
- Enseignements textes
- Enseignements audios
- Enseignements Vidéos
-Témoignages
  - Ministères
- Orateurs
- Chantres
- Musique
- Clip vidéo
  - Web radio OTC
- TV online
- En toute verité
- Transfomation
- Louange
- Et si on en parlait
- Les directs OTC
         
Ouvretonciel.com
Abidjan : Yopougon Face au CHU - Immeuble Baraka - Porte A3
Tel : (225) 23 45 75 35 - 07 84 55 94 - 48 73 43 95
 
NOS PARTENAIRES